LIBÉRAUX & NPD : VIRAGE À GAUCHE OBLIGATOIRE

Devenir membre du Parti Libéral du Canada en 2018 c’est rendu radicalement épouser les valeurs qui caractérisent la gauche. Les jeunes militants libéraux – qui n’ont pas encore vu la vie péter dans leur face – se sentent peut-être à l’aise avec ça.


0
83 shares
trudeau_jagmeet
Donate All donations go towards promoting independent journalism and this month's charity.

Devenir membre du Parti Libéral du Canada en 2018 c’est rendu radicalement épouser les valeurs qui caractérisent la gauche. Les jeunes militants libéraux – qui n’ont pas encore vu la vie péter dans leur face – se sentent peut-être à l’aise avec ça. Cependant, leurs parents ne s’y retrouvent plus. Ils se disent que le parti de Justin Trudeau n’est plus le parti raisonnable de son père. Alors, que s’est-il passé ces dernières années pour pousser le PLC si loin de ses origines?

LE NPD QUI ABOYE

Certaines personnes blâmeront l’influence américaine, magnifiant l’effet Bernie Sanders et en moindre mesure le prospect d’une Hillary Clinton à la présidence. Tout est possible… mais d’après-moi ceux sont les gains électoraux du Nouveau Parti démocratique en 2011 qui ont tant affolé les Libéraux. La pression constante du NPD a forcé le Parti Libéral à changer.

Rappel : il n’y a pas si longtemps, le président du caucus socialiste du NPD Barry Weisleder se plaignait que son parti glissait trop à droite sous le règne de Thomas Mulcair. Ce dernier a promptement été remplacé par Jagmeet Singh, un jeune dandy progressiste issu de la diversité culturelle et religieuse. Même avant ce bouleversement les forces internes au NPD poussaient fortement à gauche, grugeant au passage des appuis essentiels au sein de la sainte trinité de la coalition libérale : les personnes issues de l’immigration, les membres de l’arc-en-ciel des identités sexuelles (et leurs alliés) ainsi que les minorités religieuses.

RAPINE LIBÉRALE

Oui, les Libéraux ont piqué le langage non-sexiste à l’extrême gauche néo démocrate avec un budget dit « inclusif », mais c’est surtout les mesures concrètes qu’ils ont pillées. Masqué derrière une rhétorique de « travailleurs et travailleuses canadien-nes et leurs allié-es » l’aile socialiste du parti poussait depuis longtemps pour que le chef du NPD :

  1. s’oppose aux nouveaux projets de pipelines;
  2. adopte une position plus favorable envers la Palestine;
  3. évite les taxes sur la consommation, ferme les échappatoires fiscales et assure des politiques de taxation « progressive »;
  4. retire les obstacles à l’immigration;
  5. promette un plan national d’assurance-médicaments.

Toutes ces approches ont été appropriées par un Parti Libéral terrorisé par le prospect de voir sa base érodée par un NPD de plus en plus progressiste. Premièrement, le gouvernement de Trudeau a refusé le pipeline d’Enbridge, le Northern Gateway, et suite à l’acceptation de l’oléoduc Trans Mountain de la compagnie Kinder Morgan, le Premier ministre s’est volontairement extrait du processus lors d’une dispute interprovinciale qui a fait dérailler le projet.

Deuxièmement, les seuils d’immigration sous le gouvernement Trudeau ont été radicalement augmentés à 1 million d’ici 2020.

En troisième lieu, Justin Trudeau a refusé de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël à l’instar de Donald Trump.

Quatrième point, sur le plan économique Mélanie Joly s’est démarquée en refusant de taxer Netflix et autres services internet largement adoptés par les Canadiens. Le budget libéral a soi-disant fermé des échappatoires fiscales… tout en pénalisant d’avantage les membres du troisième tiers de la classe moyenne.

Finalement, le budget libéral déposé en février 2018 a prévu un plan d’assurances-médicaments cédulé pour le printemps 2019, quelques mois seulement avant le déclenchement des élections fédérales. Qu’importe que la santé soit de compétence provinciale! Par calcul politique et de peur de perdre ses parts du marché électoral, le Parti Libéral doit maintenant ramer aussi fort à gauche que l’aile socialiste néo démocrate qui pousse son propre parti vers l’extrême.


0 Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Raymond Ayas

Un homme d'affaires à Montréal, Raymond aime discuter de politique et d'économie.

Choose A Format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds